0

Blog Archives

Posts archives
Placement de filets de protection sur les parois rocheuses de Lustin
on 25 février 2014  by Olivier Polet  has No Comment

 Reportage photo réalisé pour Infrabel à Lustin.

 

Photo: Polet Olivier


 

A Lustin, un travail d’équilibriste sur un site exceptionnel

Sur la plupart des sites, comme sur celui de Lustin actuellement en cours de réalisation, les travaux imposent l’intervention d’une équipe d’alpinistes spécialisés. Leur mission? Poser des filets métalliques aux endroits où les roches sont les plus instables. Une tâche ardue qui nécessite de forer sur une profondeur allant jusqu’à 3 mètres afin de poser les fixations des filets. Le tout, le plus souvent, suspendu dans le vide. A Lustin, ils évoluent à près de 100 mètres de hauteur.

Photo: Polet Olivier

 

Ailleurs, de telles mesures sont jugées insuffisantes. Ainsi, à Rhisnes (Ligne 161 Ottignies-Gembloux-Namur) un talus constitué de massifs fortement fracturés devra être aplani sur une longueur de 200 mètres, tout en aménageant des pare-blocs et autres chambres d’éboulis. Facture : 4 millions d’€. A La Gleize (commune de Stoumont) les voies doivent être protégées par une tranchée en béton armé longue de 150 mètres. Coût des travaux 2.850.000€.

 

Photo: Polet Olivier

Avec l’aboutissement du chantier de Lustin, en une dizaine d’années, la totalité des sites qualifiés de « priorité n°1 » par les experts a été traité. Mis « bout-à-bout », cela représente 10 km de parois pour un coût total de 30 millions d’€. Sous peu, et tout en poursuivant l’inspection des centaines de sites potentiellement problématiques (au rythme d’une visite tous les 3 à 5 ans), les équipes techniques d’Infrabel poursuivront une nouvelle phase de ce chantier : le traitement des parois dites « de priorité 2 ». Ce travail d’une ampleur inédite en Belgique durera de longues années encore afin de renforcer la sécurité… et donc d’éviter la fermeture temporaire ou définitive de nombreuses lignes ferroviaires.

En 2014, Infrabel investira encore pour ce faire pas moins de 2 millions €.

 

Lancé à l’aube des années 2000, le vaste chantier de sécurisation des abords des voies ferrées vient de franchir un seuil important : à l’image de celle de Lustin (Ligne 154 Namur - Dinant) les parois jugées les plus instables sont désormais toutes sécurisées. Cela représente 40 sites et, mis bout-à-bout, 10 km de parois « traitées ». A ce jour, une trentaine de millions d’€ ont déjà été investis dans ce programme.

 

Ces photos professionnelles ont été réalisées avec le Canon 5 D Mk III .

 

Photo: Polet Olivier

 

infrabel

infrabel





Rencontre de Christian Laporte et d’Olivier Polet, photographe professionnel
on 24 février 2014  by Olivier Polet  has No Comment

Olivier Polet est l’un d’eux et non des moindres puisqu’on le retrouve depuis une bonne vingtaine d’années dans les reportages autour de nos “royals”. Mieux, ce photographe à l’esprit indépendant “sert” non seulement de grands magazines internationaux mais a aussi réalisé plusieurs albums tant sur le Roi sortant que sur le nouveau couple royal qui ont connu un succès certains sur la longue durée. Olivier Polet réalisa un premier album en noir et blanc sur Albert II et Paola. Suivirent deux albums sur la famille du prince héritier et l’an dernier un “Albert II intime” très réussi. Olivier Polet réalisa un premier album en noir et blanc sur Albert II et Paola. Suivirent deux albums sur la famille du prince héritier et l’an dernier un “Albert II intime” très réussi. extrait de l’article de Christian Laporte dans la Libre Belgique du samedi 09 Novembre 2013





Rencontre entre Patrick Darmstaedter et Olivier Polet, photographe professionnel à Bruxelles par
on 24 février 2014  by Olivier Polet  has No Comment

Un grand bonhomme, ce photographe
J’ai eu plusieurs fois l’occasion de rencontrer Olivier Polet en reportage, et j’ai toujours été frappé par ce paradoxe : d’une part, son contact excellent avec les personnes qu’il photographie, et en même temps une capacité extraordinaire à se rendre invisible au moment des prises de vue, parvenant à se faire complètement oublier par ceux qu’il photographie, ce qui contribue de toute évidence à renforcer l’aspect frais et naturel des photos, comme si l’on y était. C’est le propre des grands photographes : allier une qualité technique époustouflante à une modestie, une pudeur et une discrétion vraiment étonnantes à ce niveau. Un grand bonhomme, ce photographe. Patrick Darmstaedter





Rencontre entre Marcel Leroy et Olivier Polet, photographe professionnel
on 24 février 2014  by Olivier Polet  has No Comment

25 ans d’expérience au service de l’image
Reporter, photojournaliste, éditeur, voyageur, Olivier Polet collabore à de nombreuses agences et à de prestigieux magazines. S’il est l’auteur de nombreux scoops, son regard se porte de préférence sur ce qui touche le coeur. Photographe des sentiments, de l’émotion, de la joie, de la douleur, il est avant tout le témoin de ce siècle dans des domaines embrassant les puissants de ce monde aussi bien que les obscurs, l’industrie et la politique, l’humanité et son contraire. Marcel Leroy





Article de presse dans le journal l’avenir du Luxembourg
on 21 février 2014  by Olivier Polet  has No Comment

Anne Sophie Gérouville, chef d’édition adjoint à l’avenir du Luxembourg, me fait l’honneur d’un reportage sur mon activité de photographe. L’Avenir publie 2 pages sur mon métier, sur mon travail autour du monde, sur mes reportages en Afrique dans les mines de diamant ou sur mes photos prises du Roi et de la Reine depuis plus d’une dizaine d’années.

Ce portrait est important pour moi car habitant la province du Luxembourg, à Fontenoille, cet article agrémenté de photos prises dans différentes situations, me permet de présenter mon travail moin connu, j’ai l’étiquette « famille royale » et pour certaines personnes, je ne fais que des photos du Roi, alors que mon activité photographique est diverse. Je réalise un grand reportage sur le diamant à travers le monde, reportage qui devrait faire une belle publication dans un livre.

L’interview a eu lieu dans mon bureau de Steinfort au Luxembourg. Le dialogue entre Anne Sophie parsemé de questions pointues a permis à la journaliste de cerner mon métier parfois inconnu du grand public.
Vous pouvez retrouver quelque photos publiées sur
http://www.lavenir.net/article/detail.aspx?articleid=DMF20131227_00409868

Ces photos me représentent dans différentes situations que ce soit dans les mines de diamant ou au Congo déguisé en Mobutu blanc.
Certaines photos ont été prises lors de mon dernier reportage au Congo, une plus particulièrement que j’affectionne, en salle d’opération dans une salle d’un dispensaire financé par l’action Damien. Cette photo en Noir et Blanc, montre des médecins/chirurgiens autour d’un malade opéré de la main, la composition me fait penser au dernier diner du christ.